Le Zéro Pesticide

Depuis le 1er janvier 2017, la loi de transition énergétique interdit aux administrations publiques d'utiliser ou de faire utiliser des produits phytosanitaires (dont les désherbants) pour l'entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant du domaine public ou privé des collectivités. Les particuliers seront quant à eux assujétis aux mêmes dispositions dans leurs espaces privatifs à compter du 1er janvier 2019. Il s'agit d'une mesure nécessaire pour notre santé et pour la préservation de l'environnement.

De ce fait, la mairie n'utilise plus de pesticides, ni désherbants chimiques. Par ces nouvelles pratiques, les rues et espaces publics vont se modifier visiblement, nous allons redécouvrir les fleurs de prairies, coccinelles et autres pollinisateurs dans nos rues ! Les agents municipaux utilisent maintenant un nouvel équipement adapté à la règlementation en vigueur. 

Tarbes sans pesticide : un autre regard, une nouvelle gestion

Il existe de nombreuses alternatives aux pesticides et la municipalité s’est doté d’un équipement moderne afin que les agents puissent s’adapter à ce nouveau mode de gestion.

 

La lance thermique permet le démoussage et le désherbage des trottoirs et pieds d'arbbres. Par un système de renvoi de vapeur haute pression, cet appareil sera utilisé dans les zones piétonnes et les petites rues du centre-ville.

Les désherbeurs thermiques, basés sur le même concept que les lances thermiques, permettent d'intervenir sur des surfaces plus vastes. 

 

Des micro-brosses de trottoirs aident au désherbage mécanique des trottoirs.

 

Le paillage effectué à l’aide d’écorces de pin, de petits cailloux, d’une bâche ou de plantations spécifiques évite la pousse de l’herbe dans les massifs autour des pieds d’arbres.

Le Charoflam

 

De plus, il est prévu l’achat progressif de débroussailleuses électriques qui engendrent moins de pollution.

L’importance de l’herbe en ville

En ville, l’herbe capte, filtre et limite le ruissellement des eaux et leur écoulement anarchique dans les caniveaux. Elle participe aussi à la présence de la biodiversité ordinaire, comme par exemple le pissenlit qui n’est pas l’ennemi à abattre systématiquement car il participe à la pollinisation.

 

Téléchargez le dépliant du "Zéro pesticide" à Tarbes ici >>

Rubrique en cours d'évolution...