Le frelon asiatique

Le frelon asiatique ou Vespa Velutina

 
 
 
Opération de piégeage du frelon en sortie d'hivernage
 

 

Le frelon asiatique est une espèce nouvelle pour la faune européenne depuis une introduction accidentelle en Aquitaine en 2005 (très probablement via des poteries chinoises importées du Yunnan).

Dans le département des Hautes-Pyrénées, il a été signalé en 2007 et si quelques nids ont été observés en 2008, c’est en 2009 que le service Hygiène et Santé(SCHS) chargé des missions environnement-santé au sein de la mairie de Tarbes en a repéré un plus grand nombre. Depuis, la lutte a été mise en place en lien avec les habitants, élus et structures du territoire, via l’Observatoire du frelon asiatique tout d’abord, puis via l’Observatoire de surveillance des espèces nuisibles et envahissantes.

Les habitants et les partenaires de terrain (apiculteurs, chasseurs, randonneurs…) peuvent participer à la lutte contre le frelon asiatique. Des campagnes de piégeages sont organisées avec l’intervention de chacun. Les outils sont mis à disposition gratuitement par l’Observatoire.

 

Pour plus d’informations, contactez le service Hygiène et Santé de la Ville au 05 62 44 38 38.

 
 

QUE FAIRE SI JE VOIS UN NID ?

Si vous observez ce que vous pensez être un nid de frelons, contactez le service Hygiène et Santé qui vous orientera dans la suite de la démarche. 

Service Hygiène et Santé, bâtiment Pyrène, rue Georges Clemenceau (derrière la mairie), 05 62 44 38 38.

 

QUE FAIRE SI JE ME FAIS PIQUER ?

Le frelon asiatique est un peu plus petit que le frelon européen. Il n’est pas plus agressif, mais la prudence s’impose. Les risques d’attaque sont souvent dus au fait que le frelon asiatique est dérangé (secouage des arbres par exemple).

En cas de piqûre de tout type d’hyménoptère, la première chose à faire est de tenter d’enlever le dard s’il s’y trouve encore. Immédiatement après, appliquer localement une source de chaleur pendant 2 à 3 min (sèche-cheveux par exemple), suivie d’une source de froid. Cela permet de calmer l’inflammation mais n’est pas efficace en cas d’allergie.

Il sera nécessaire de consulter un médecin dans le cas d’une piqûre oculaire ou des voies aériennes, si le sujet a déjà présenté de l’hypersensibilité à une piqûre d’hyménoptère ou si les piqûres sont multiples.

Il n’y a cependant pas de risques toxiques s’il n’y a pas plusieurs piqûres. En revanche, étant donné le nombre d’insectes dans la colonie et en cas de dérangement, l’attaque peut être multiple.

Conclusion : il ne faut pas s’affoler sur les risques de piqûre du frelon asiatique, mais il faut rester prudent.
 


 

L'Observatoire départemental du frelon