Les armes des Hussards Hongrois

Les armes des hussards hongrois des XVIe – XVIIe siècle

Les hussards hongrois ne sont connus dans le reste de l’Europe qu’au 16e à travers leurs uniformes colorés et leurs armes blanches si singulières. Parmi elles, l’hegyestör, le pallos et le szablya. Ce dernier représente la synthèse entre le cimeterre oriental et l’épée occidentale et aura une longue postérité à travers le monde aux siècles suivants.

L’hegyestör (sabre-lance ou épée-pique) est une impressionnante arme d’estoc des XVI-XVIIe s., elle est utilisée ponctuellement comme une lance et est fixée en travers de la selle sous le quartier gauche. Ce sabre-lance ou épée-pique long de 120 à 170 cm est constitué d’une lame très effilée de section triangulaire ou losangique montée avec une garde de szablya ou de sabre à la hongroise. Son nom allemand de « panzerstecher » (perce-cuirasse) donne une bonne idée de son utilisation.

Trois types d’hegyestör présentés au musée
photo © M. Pétard.

Détail de la garde à branche simple « à la hongroise » d’une hegyestör avec filigrane en fil de laiton
photo © M. Pétard.

La silhouette de l’officier de hussards hongrois au XVIIe siècle demeure caractéristique avec le bonnet de fourrure, le dolman à tresses, la pelisse en peau de loup ou de panthère et bien sûr le sabre et le bâton de commandement dérivé de la masse d’armes de l’époque précédente
Gravure fin XVIIe s., par Anonyme

Détail de la garde d’un pallos à lame droite à simple tranchant, monture à calotte plate, croisette à barrettes et poucier
photo © M. Pétard

Lame droite du pallos avec inscription « SPESMEO IST DEO » (qui s’écrit en réalité SPES MEA IN DEO EST verset célèbre tiré des Psaumes et qui peut se traduire par « mon espoir est en Dieu ») suivi d’un profil gravé et de l’inscription « ME FECIT SOLINGEN » (faîte à Solingen)
photo © M. Pétard

Garde de szablya, XVIIe siècle
photo © M. Pétard.