Le Jardin Massey

Un jardin labellisé jardin remarquable

Surface 11 hectares

Magnifique parc paysager du milieu du XIXe siècle, il est situé en plein centre-ville. C’est le joyau de Tarbes, la fierté des Tarbais. Avec son musée unique au monde, son patrimoine arboré, la qualité de ses monuments, ses animaux et ses animations, c’est un formidable attrait touristique. Et les Tarbais aiment venir s’y balader en famille.

Il est ouvert au public toute l’année.

Il se compose entre autres d’allées, pelouses et massifs floraux, de deux lacs et de canaux en galets alimentés en eau. Il est également pourvu d’aires de pique-nique en sous-bois, d’un jardin aquatique, de plusieurs espaces de jeux pour enfants.

A noter :

  • l’accès au Jardin Massey est interdit aux chiens, même tenus en laisse
  • la circulation des véhicules automobiles, motocyclettes, bicyclettes, patinettes et rollers n’est pas autorisée.
  • il est expressément défendu de couper les branches des arbres, de cueillir des fleurs, de marcher sur les bordures, de fouler les gazons et de prendre des repas en dehors des aires prévues à cet effet.

Quelques règles à observer pour le bien-être des animaux

En raison du contexte sanitaire, nombreux sont les habitants qui se réapproprient les parcs de la ville. Le Jardin Massey, joyau de Tarbes, ne fait pas exception. En témoigne la fréquentation en nette augmentation. Les parents et les enfants profitent de la verdure, des aires de jeux, de l’esplanade et bien sûr des animaux.

Mais attention, il faut respecter certaines règles pour ne pas blesser la faune du jardin. 

  • Parc animalier : interdiction formelle de nourrir

L’enclos à proximité du lac et du labyrinthe arboré accueille plusieurs herbivores : une chèvre, un cochon d’inde et des lapins nains. Les agents municipaux en prennent grand soin et les nourrissent quotidiennement. Ils bénéficient d’une ration adaptée à leurs besoins et à leur espèce. Il ne faut surtout pas leur donner autre chose !

En ne respectant pas cette interdiction, il est possible qu’ils tombent malades, et l’issue peut être fatale… Le risque d’intoxication par certains aliments est très important. Un jeune bouc en a d’ailleurs subi les conséquences récemment…

  • Poissons, canards et paons : exit le pain

Le pain est très mauvais pour la santé de tous les animaux. Il est indigeste et pollue les étendues d’eau. Les poissons, canards et paons sont nourris quotidiennement par les agents municipaux. Pour leur faire plaisir sans mettre leur santé en jeu, il existe des solutions. Salade, riz cuit ou maïs sont autant de possibilités, mais toujours en petite quantité car nombreux sont les visiteurs qui veulent passer un moment privilégié avec les animaux !

  • Écureuils : ne pas toucher

Les écureuils sont très curieux et opportunistes, vous pouvez les observer facilement si vous restez discrets. Il est possible de leur apporter, toujours en petite quantité, quelques noix et noisettes. Mais n’oubliez pas que ce sont des animaux sauvages, n’essayez pas de les toucher ! Pour leur survie, il est important de respecter cette distance avec l’humain, ils ne doivent pas devenir trop proches ou dépendants de nous.

La flore de ce jardin est composée d’un grand nombre de végétaux, d’origine exotique et européenne. On y dénombre ainsi 1500 arbres, la plupart centenaires et 3800 arbustes. Cette riche collection provient des cinq parties du monde et les espèces d’origine exotique représentent 50 % des plantations. Un étiquetage discret facilite l’identification des sujets.

Les sportifs pourront y retrouver un terrain de boules lyonnaises et 6 courts de tennis. Il est également très apprécié des coureurs, autorisés sur le circuit extérieur d’environ 1,2 kms. De nombreuses animations sont proposées comme un petit train pour les enfants, un labyrinthe d’arbustes, un espace animalier, des spectacles de théâtre ou de musique, des expositions…

400 mètres de voies aménagées pour proposer aux petits passagers, âgés de 2 à 6 ans, un voyage d’environ 5 minutes à travers ce jardin.

Les tickets sont en vente à même le quai, par le chauffeur. Ceinture obligatoire.

Horaires hors vacances scolaires : Mercredi, samedi, dimanche et jours fériés de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 jusqu’à 1 h avant la fermeture du jardin.
Horaires pendant les vacances scolaires : Du lundi au dimanche et jours fériés de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 jusqu’à 1 h avant la fermeture du jardin.

Tarifs : 2 € – 5 billets achetés, 1 offert – 10 billets achetés, 3 offerts.

Aller voir les chèvres naines a toujours fait partie des joies des petits qui fréquentent le jardin Massey. L’espace de 400 m² qui leur était dédié a été redéfini pour l’installation d’un labyrinthe végétal dans lequel les enfants peuvent jouer à cache-cache.  Il accueille près de 500 plantes de 6 à 8 espèces végétales différentes Les haies et buissons ont été étudiés pour que ces derniers conviennent au lieu selon la luminosité, et aux enfants en évitant tous risques d’allergies ou de blessures.

C’est seulement au début des années 1880, en remplacement du jardin d’hiver prévu initialement contre la façade Sud du musée, et dont les travaux furent interrompus à la mort de Placide Massey en 1853, que le Conseil municipal décide la construction d’une serre monumentale. L’architecte de la Ville établit un mémoire descriptif, à la fois assez précis dans les détails d’exécution et déjà traditionnel dans le plan.

Une consultation est lancée auprès de quatre constructeurs spécialisés qui proposent des projets chiffrés entre mai et octobre 1881 : Herbeaumont-Boissin et successeur, Usine Carré-G.Lichtenfelder successeur, S.A. St-Sauveur–Arras et Usine St-Eloy. C’est le projet de ce dernier qui sera exécuté.

La serre, réhabilitée en 1981, est occupée par une collection de plantes succulentes constituée en partie de cactées.

Bien que certaines soient comestibles, le terme « succulente » désigne, en langage scientifique, les plantes grasses, c’est-à-dire toutes les espèces qui possèdent des réserves de suc importantes dans leurs tiges ou dans leurs feuilles.

En 1890, la ville de Tarbes achète le cloître de l’Abbaye de Saint-Sever-de-Rustan, sur le point d’être vendu à des marchands d’antiquités, et le remonte dans le jardin Massey.

Ses chapiteaux du XVe siècle forment une galerie archéologique aussi curieuse qu’instructive et rappellent les scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, les Légendes de St-Jacques, St-Georges, St-Nicolas, la fable de Maître Renard, les Chimères, la faune et la flore sculpturale. L’ensemble est classé Monument Historique.

En mars 2020, le cloître a subi d’importants dégâts suite à la chute d’un arbre pendant la tempête Karine. Sa réhabilitation est à l’étude.

Composé d’une galerie dédiée aux Beaux-Arts et d’un espace retraçant l’histoire des hussards, il accueille des visiteurs venus du monde entier.

Diverses sculptures viennent agrémenter les pelouses, telles que le Buste de Massey, le Saint‑Christophe de Coutan, le Buste de Jules Lafforgue œuvre de Firmin Michelet, l’Ouragan bronze de Desca, le Tacheron marbre de Ludovic Durand, le Buste de Théophile Gautier, œuvre de sa fille Judith Gautier.

Un kiosque à musique près du petit lac constitue un espace festif où se déroulent diverses manifestations : concerts dans le cadre de « Musique au Kiosque » tous les dimanches du mois de septembre, pièces de théâtre…

L’École supérieure d’art des Pyrénées et la médiathèque Louis Aragon complètent les équipements culturels du jardin Massey.

Plus d’infos sur le Musée des Hussards

Une buvette extérieure est accessible aux horaires d’ouverture du jardin, proposant de la caféterie et de la petite restauration.

En janvier 2020, la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) a renouvelé à l’unanimité le Label Jardin remarquable pour le Jardin Massey. Un renouvellement accordé pour une durée de 5 ans.

C’est une grande satisfaction pour ce joyau de notre ville et une reconnaissance du travail remarquable d’entretien effectué par nos équipes municipales.

Le Directeur Régional des Affaires Culturelles a souligné l’entretien remarquable des végétaux, la qualité de sa composition, sa plasticité, la palette de son fleurissement et le soin apporté à chaque détail, qui ont apporté unanimement l’avis favorable de la commission. Il a aussi salué l’implication des équipes et leurs nombreux projets pour ce lieu emblématique de la ville.

Des actions ont été entreprises afin de pérenniser l’espace et de le gérer durablement. De nombreuses plantes vivaces et graminées (cf. collections devant l’Orangerie et le massif entrée place H. Bordes).

Le renouvellement des arbres est programmé dans un souci d’enrichissement botanique. La perte de sujets importants due au vieillissement naturel, aux accidents climatiques à répétition de ces dernières années, ainsi qu’aux « épizooties » a permis aux jardiniers d’engager une action de renouvellement des sujets en favorisant la diversité des origines et des espèces pour un enrichissement des collections.

Lors de la tempête Karine en mars 2020, un marronnier est tombé sur le cloître, détruisant toute une partie de celui-ci. Sa reconstruction est à l’étude, dans le respect des techniques et du patrimoine.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×