Les fresques

Artiste : Adec
Localisation : A l’entrée principale du Haras, rue du Régiment de Bigorre

Si vous avez eu l’occasion de passer sur l’avenue du Régiment de Bigorre, vous avez peut-être pu remarquer du neuf au niveau du numéro 70 de cette avenue.
En effet, Adec, artiste Street-Art, a achevé fin 2020 la façade colorée, située sur la gauche de l’entrée du Haras.

Artistes : Jean Reale et Joël Soulier
Localisation : Dans l’axe de la rue Brauhauban et de la place de la Mairie

Impossible que vous ne l’ayez vue, surplombant la place de la mairie, à l’orée de la rue Brauhauban, la peinture murale en trompe-l’œil de Jean Reale et Joël Soulier. Le passant distrait ne la remarquera pas, « c’est le but ultime » avoue Jean Reale, l’auteur de ce trompe-l’œil, « on joue sur le réel et l’irréel, le vrai et le faux… ».

Il est tellement réussi qu’il paraît vrai, parfaitement intégré à son environnement. Il faut dire que jean Reale a ce souci du réalisme qui est la marque des grands artistes. Un artiste qui n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il a déjà réalisé le trompe-l’œil de la salle des fêtes, celui du hall et celui de la salle des mariages de la mairie de Tarbes.

Pour vous amuser, mettez-vous face à ce mur, dans l’axe de la rue Brauhauban – c’est de là que la perspective est calculée – et essayez de savoir où est le vrai et le faux. Un indice : une seule fenêtre est vraie, mais laquelle ? Tout le reste est imaginaire.

« Nous avons essayé, avec Joël Soulier, d’être le plus possible dans le réel en dessinant cette peinture en nous appuyant sur le bâtiment de la poste et en copiant l’architecture tarbaise ». Les fenêtres, on l’a dit, semblent réelles. Dans l’une d’elles, on peut voir accroché au mur un portrait… Mais de qui ?

« C’est un clin d’œil de remerciement. Vous le savez, dans l’art, il faut deux composantes essentielles : l’artiste et le mécène, celui qui croit en l’œuvre et la finance », précise Jean Reale. Et enfin, regardez en haut, sur la cheminée, les deux artistes se sont mis en scène en train de peindre.

Pour réaliser ce trompe-l’œil, il a fallu à Jean et Joël quatre mois et demi de labeur. Mais également près de deux mois de dessin en amont. Un tracé très détaillé, à la fois industriel et architectural.

Artiste : Snake
Localisation : cours Reffye

Une fresque monumentale qui orne le cours Reffye

C’est l’histoire d’une rencontre… Le Conseil municipal souhaitait apporter une touche de fraîcheur, de poésie, de couleur au cours des travaux de rénovation du cours Reffye.

C’est donc un jeune artiste Tarbais, Xavier Fischer, plus connu sous le nom de Snake, grapheur reconnu internationalement qui a réalisé une fresque géante sur la façade de l’un des immeubles du cours Reffye. Cette réalisation fait partie de l’opération Façades.

Snake a également réalisé le mur du lycée Jean Dupuy, ainsi que la façade de la Scène de musiques actuelles la Gespe avec la caricature d’Elvis. À voir absolument…

Artiste : Fanny Fresne
Localisation : le long des berges de l’Adour

D’une longueur de 36 m, la fresque réalisée sur les berges de l’Adour par Fanny Fresne, professeur à l’École supérieure d’art des Pyrénées de Tarbes, et ses deux élèves Danièle Paute (retraitée du service des Sports de la mairie de Tarbes) et Martine Castera-Garly ne laisse pas les passants indifférents.

Les coureurs s’arrêtent pour la regarder, les marcheurs s’assoient pour la contempler. Il aura fallu à ces trois artistes environ trois semaines pour embellir cette partie des berges où la Ville a installé des appareils de fitness extérieurs et un parcours acrobatique pour les enfants (réalisé par Pyrénées Canyon, parc acrobatique).

Artiste : Heaks65
Localisation : à côté du stade Maurice Trélut et en face de la maison sport santé

Le mur du vélodrome a repris de la couleur;

Les graffitis qui ornaient depuis quelques années ce long mur étaient devenus bien défraîchis et ternes. Pour fêter leurs 10 ans d’existence, le collectif The 65ers qui rassemble une douzaine de
membres tarbais passionnés a décidé de redonner une nouvelle jeunesse à ce mur, en accord avec la mairie. Cela faisait déjà cinq ans qu’ils l’avaient graffé, comme ils le font ou l’ont fait sur  d’autres murs de la ville. C’est ainsi qu’un beau week-end de juillet 2014 à l’initiative de l’un d’entre eux, Heaks65, ils se sont armés de leurs bombes aérosols et sont passés à l’action. Chacun  s’est laissé aller à son inspiration avec toujours une originalité très personnelle et un style non figuratif. Ils avaient pour eux un vaste espace d’expression de quelque 50 mètres : un support de choix !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×